Autour de nos framboisiers… Conseils, astuces, compagnonnage, …

Au fil de nos lectures hivernales, nous continuons de tester la mise en pratique des bonnes associations au jardin, surtout sur l’un des fruits phare de notre jardin et apprécié de tous : la framboise.

Vous trouverez dans cet article les associations de plantes qui nourrissent le framboisier, éloignent ses insectes ennemis et attirent ses butineurs alliés.

Les framboisiers sont des arbustes fétiches de notre jardin. Nous avons commencé à planter ceux-ci dès le début de notre installation avec une rangée longue de 30 m, en bordure à l’est de notre terrain d’habitation. Nous avons commencé avec un premier plan Bio acheté chez Botanic (qui nous avait été offert lors de la crémaillère) puis planté des boutures de plants fournis par notre adorable voisin Dédé qui nous avait donné deux variétés de framboisiers rustiques remontants et non remontants.

Ainsi, à partir de quelques pieds initiaux, nous avons aujourd’hui un bel élevage de plus de 300 pieds, soit par repousse naturelle soit par bouturage, qui assurent une belle profusion de fruits à la saison.

Au fil des années, nous avons toujours autant de framboises qui ont régalé toute la famille, consommées fraiches, en gelées ou en confitures.

Victime de notre succès et peut-être d’un début de monoculture sur ce même espace, nous avons vu depuis 3 ans l’apparition de petits vers blancs durant les récoltes estivales, de septembre et d’octobre.

Comment aider ses framboisiers à se protéger et à prospérer

Nous refusons de traiter par pulvérisation, même avec des produits tolérés en agriculture biologique. Nous pensons notamment à nos amies les abeilles qui se régalent du nectar des fleurs de framboisiers et les protégeons ainsi de tout élément non 100% naturel.

Nous faisons donc appel à l’une des bonnes recettes de la Permaculture et privilégions l’essai de plantations de fleurs amies à proximité des pieds des framboisiers.

Au printemps dernier, 2017, nous avons commencé par planter des Lupins et des Myosotis, deux plantes qui aident à lutter contre le ver de la framboise. Nous avons planté une dizaine de Myosotis et une vingtaine de lupins, c’était un premier pas.

Cette année, nous renouvelons et améliorons l’expérience. Pour cela, à partir du mois de février 2018, nous avons préparé des semis en pots, de Lupins et Myosotis que nous planterons au milieu des pieds de framboisiers dès la fin des dernières gelées de printemps.

Le semi est plus économique que le pied acheté en magasin ; en revanche, mis à l’abri dans notre séjour, bien au chaud derrière la baie vitrée, ce n’est pas la solution la plus pratique pour l’espace de vie. Mais bon, dans la vie faut faire des choix…

L’installation des fleurs ainsi produites, au milieu des framboisiers, n’est pas chose aisée car les framboisiers drageonnent en surface et sont en perpétuel mouvement. Ils ne partagent pas facilement leur bout de terre.

Le framboisier est très gourmand en eau et en azote et apprécie également l’ombre légère.

Cette année, nous avons donc décidé de semer au pied des framboisiers une légumineuse : trèfle blanc ou rouge, sarrasin ou moutarde qui sera grossièrement enfouie à la fin du printemps à l’aide d’un coup de griffe dans la terre. Ces légumineuses remplaceront une partie d’un autre engrais vert qui prospère allègrement à proximité : l’ortie.

Comme tout bon ex-citadin, l’ortie était pour nous l’ennemie jurée du jardin, et nous avons passé un grand nombre d’heures à patiemment arracher à la main (bon avec des gants quand même) chaque brin. Nous avons appris récemment à cohabiter avec elle, allant même jusqu’à la consommer en soupe, ou plus simplement en cultivant des légumes là où elle s’était installée offrant ainsi un sol très fertile.

Quelles plantes associer aux framboisiers ?

Nous voudrions, dans la foulée, installer dans notre rangée de framboisiers quelques plantes répulsives comme la sarriette, l’hysope, la rue, l’armoise (déjà expérimentées avec succès sous les pommiers). L’armoise blanche aide à lutter contre les pucerons et les chenilles tout comme la menthe coq (balsamite).

L’hysope a sa floraison de juillet à septembre. Ses épis bleus sont très chargés en huiles essentielles qui repoussent les insectes nuisibles, comme les pucerons et la mouche du framboisier. Autre avantage, elle attire les butineurs utiles.

La Menthe, bien qu’aussi envahissante que la framboise est intéressante, car elle permet d’éliminer ou repousser les pucerons et les chenilles.

La Sauge et la sauge sclarée, qui se ressèmeront, repousseront les fourmis. Elles ont toutefois tendance à évincer les autres plantes, ce sont donc des alliés à utiliser sous surveillance bienveillante.

La tanaisie aidera également à la lutte contre les mouches, elle combat les vers des fruits. Sa floraison estivale attire les syrphes et guêpes qui se nourrissent des mouches.

Pour que tout soit joliment fleuri, nous planterons ou sèmerons de l’aneth et des tagètes qui sont aussi protecteurs.

Mesdames les poules, il faudra vous tenir éloignées des semis de légumineuses, que nous ferons autour et dans les framboisiers, ce ne sera pas gagné. C’est pourquoi il vaut mieux, si, comme nous, vous laissez un grand espace de liberté à vos amies emplumées, planter des jeunes plants plutôt que des graines en terre. En contrepartie, les poules sont d’un soutien indéfectible pour nettoyer les nuisibles restés dans le sol et vous vous amuserez au temps des récoltes de les voir essayer d’avoir des cous d’autruches, pour attraper les framboises en hauteur dont elles sont très friandes.

La taille du framboisier, comment s’y prendre ?

Pour la taille des framboisiers nous la faisons en général au mois d’avril. La taille consiste d’abord à couper à la base les bois morts de l’année précédente et à couper à hauteur de genoux (tout dépend si l’on joue dans la catégorie nain de jardin ou basketteur américain). La taille est faite en biseau pour faciliter l’écoulement des gouttes d’eau et inversée au bourgeon, pour ne pas le fragiliser lors des pluies.

 

Sympathique complément d’expérience, dans la lignée de la Permaculture, en 2017, sur toute la longueur de terrain constituée par l’espace disponible entre les framboisiers et la murette, laissée jusque-là à disposition des orties, nous avons planté des pieds de tomates, piments, potirons et butternut. Avec l’aimable autorisation de nos voisins, les plantes une fois grimpées ont été accrochées et enroulées au grillage, le parant ainsi d’une belle collection automnale qui pourrait certainement inspirer les couturiers parisiens les plus écolos créatifs.

Nous renouvelons l’essai en 2018 en le poussant un peu plus loin, ajoutant à l’expérience maïs et tournesol…

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *